Principaut%25C3%2583%25C2%25A9_logo_text
Site officiel

Héritière des seigneuries féodales du Hainaut, la Principauté acrenoise trouve ses origines politiques autour du 11ème siècle. Mentionnée comme Akerne en 1179, Ancrene en 1188, Akrene en 1248, Akeren dès 1270, Mercator la renseigne sur une de ses cartes en 1540, sous le nom d'Okeren. Acren dériverait du néerlandais 'Akker', les champs. 

Depuis plus de 1000 ans, Deux-Acren cultive une spécificité culturelle et sociale unique. 
Ni Flandrienne ni Cayoteuse, la Principauté cultive depuis des siècles une identité et un esprit propres, situés entre bienveillance et insularité.

Elle souhaite faire rayonner ses idéaux de bienveillance, d’enthousiasme, de solidarité et de créativité au-delà de ses frontières. 

  • Suivez-nous sur Facebook
 
mur de briques

HISTOIRE

1000 ans d'histoire !
Héritière des seigneureries féodales fort courantes en Hainaut, la Principauté acrenoise trouve ses origines politiques autour du 11ème siècle. Mentionnée comme Akerne en 1179, Ancrene en 1188, Akrene en 1248, Akeren dès 1270, Mercator la renseigne sur une de ses cartes en 1540, sous le nom d'Okeren. Acren dériverait du néerlandais 'Akker', les champs (le terme anglophone 'acre', bien que désuet, reste une unité de mesure territoriale).

Deux-Acren se compose alors d'une paroisse principale, celle du 'Grand Acren' : Saint-Martin, déjà sujet d’un important pèlerinage à la Vierge. Dans la seconde moitié du XIIe siècle, une seconde paroisse verra le jour dans le 'Petit Acren', vouée au culte de Saint Géréon.

C'est le 16 mai 1804 que ces deux territoires fusionneront, pour créer un 'Deux-Acren' unifié. Ce que ratifier la suppression de la paroisse Saint-Géréon dès 1828. Deux-Acren est alors français, et reconnue comme une commune à part entière. L'église de Saint-Géréon est détruite, seul son coq rejoindra le clocher principal toujours sis au coeur de la Principauté.

Plus récemment, c'est lors de la définition de la frontière linguistique en 1963 que la Principauté perdra les territoires du hameau d'Akrenbos (17 hectares au profit de Bever), du hameau Donkerstraat et de Haie-de-Viane, au profit de Viane. Des hameaux qui font toujours officiellement partie de la Principauté.
Deux-Acren reste une commune indépendante et autonome, fière de sa vie commerciale et sociale. Sonne alors le glas de son autonomie en 1977, lorsque la fusion des communes la verra assujettie à Lessines. Malgré nombre de manifestations, la décision sera entérinée...


La Principauté entend faire perdurer la spécificité culturelle acrenoise, par le biais d'une réalité fédératrice au bénéfice de ses citoyens. Principauté autoproclamée, elle ne vise pas la sécession. Comme micronation, elle entretient des relations diplomatiques et chaleureuses avec d'autres Etats. 

Pour en apprendre davantage, consultez notre FAQ ou rendez-vous sur :
http://www.deuxacren.be/
https://facebook.com/principautedeuxacren/
https://micronations.wiki/wiki/Principaut%C3%A9_de_Deux-Acren

 

CITOYENNETE

  • Toute personne résidant sur le territoire de la Principauté est de facto reconnue comme habitant de la Principauté.

  • Toute personne peut choisir de devenir citoyenne de la Principauté. Pour peu qu’elle approuve sa Constitution, ait à l’œuvre d’en promouvoir les valeurs et réside sur le territoire de la Principauté, elle est reconnue comme citoyenne. Cette demande de citoyenneté est gratuite; seuls des frais de dossiers peuvent s’appliquer dans le cas de production de pièces justificatives.

  • Toute personne résidant en dehors des limites du territoire de la Principauté peut également devenir citoyenne extra muros. Elle bénéficie des mêmes reconnaissances et accès à la vie sociale et politique de l’état que ses concitoyen.ne.s principautaires.

  • Intra ou extra muros, des citoyens ou citoyennes peuvent se voir offrir le statut de citoyens ou citoyennes d’honneur. Cette distinction honorifique officielle salue les efforts ou l’enthousiasme de la personne concernée.


Voir aussi : nos Questions Fréquemment Posées

QUESTIONS FREQUENTES

La Principauté de Deux-Acren existe-t-elle vraiment ?


Tout à fait. Au même titre que la Principauté d'Aigues-Mortes ou la République du Saugeais, il s'agit d'une micronation qui revendique son droit à l'autodétermination. Le village de Deux-Acren est par ailleurs un territoire sis au sein du Royaume de Belgique, dans la province du Hainaut.




Comment devenir citoyen.ne de la Principauté ?


C'est très simple : il vous suffit de nous envoyer une petite lettre exprimant votre souhait. Celle-ci doit comporter une adhésion à notre Constitution. Après examen du Bureau de la Citoyenneté, vous serez dûment inscrit comme citoyen de la Principauté. Cette démarche est évidemment gratuite. Toutefois, si vous souhaitez recevoir un certificat de citoyenneté, une participation de 10€ aux frais de dossier et à la production de pièces justificatives vous sera demandée.




Quel est l'hymne de la Principauté ?


Composé par un Acrenois qui souhaite rester anonyme, notre hymne, proposé lors de la fête de la Sainte Sardine 2020, s'accompagne des paroles suivantes : "Acrenois nous sommes, Acrenois nous resterons
Des bords de la Dendre, avec coeur vous saluons
De la Glac'née à Remincourt, de Boureng aux Culants,
Sous le regard de deux volailles vivent ses habitants. Du fin fond des âges, son Seigneur est éclusier
Terre sans ambages, creuset de célébrités
De nos géants nous sommes fiers, d'nos embruns herbacés,
Nous chantons l'âme d'un village, d'une Principauté !" Vous pouvez écouter l'hymne (version piano) ici : https://clyp.it/5nc3mgih




D'où provient le blason de la Principauté ?


- Jusqu'à la Révolution française, Deux-Acren est passée entre les mains de plusieurs seigneuries qui ont marqué Deux-Acren de leur blason familial ou de leur sceau échevinal. On retiendra notamment ceux des familles de la Barre, puis de Croy. Ainsi que celui de Jean-Baptiste Taintenier, jaune et bleu, dernier seigneur du Grand Acren (voir l'article de Marjorie Gaucet sur la page Deux-Acren d'antan). - L'héraldique mondiale ne retient pourtant qu'un double sceau aux origines mystérieuses. Celui-ci provient en réalité de Mr Josse Clemmen (Audenarde), qui acheta la seigneurie en 1787. Ce sceau est surmonté en 1791 d'une couronne de baron à l'antique; l'empereur Léopold II l'autorise comme sceau officiel d'Acren saint Géréon.
- En 1910, le conseil communal de la commune unifiée de Deux-Acren souhaita réintroduire l'usage d'un blason. Il proposa d'utiliser celui de Clemmen, accolé à celui de de la Barre. - En 1912, le commissaire d'arrondissement de Soignies rendit son verdict, appuyé sur les conclusions du Conseil héraldique : cette construction bipolaire n'ayant jamais eu cours lors de l'unification des deux Acren, elle fut jugée irrecevable...
- Un peu rebelle, la commune fit tout de même graver un sceau aux armes du seigneur Clemmen et de son épouse ! Jusqu'à ce qu'en 1918, encore rattachée à la Flandre par l'occupant allemand (jusqu'à l'Armistice), elle use d'un sceau unilingue néerlandais. - Dans l'esprit de son souhait de 1912, la Principauté s'est dotée d'un blason qui reprend des éléments des familles Clemmen et de la Barre (les roses, la Barre diaprée), et rappelle son origine seigneuriale (le casque). Il figure aussi la Dendre (d'argent) ainsi que deux couleurs plus tardives encore bien présentes dans le folklore local : le blanc et le rouge. Source : Revue du Cercle d'histoire de l'entité de Lessines, Raymond Duhaut.




La Principauté compte-t-elle des personnages célèbres ?


Oui. Parmi eux :
Jean-Claude Drouot (1938), acteur de théâtre et de cinéma
Claude (Claudy) Criquielion (1957-2015), coureur cycliste, champion du monde sur route
Lou Deprijck (1946), chanteur et memebre du conseil communal lessinois (y a passé son adolescence)
Oscar Rosé, figure de la résistance (1895-1944)
Jules Geheniau (1909-1991), ancien doyen de la faculté des sciences de l'ULB
Gaston Longeval (1898-1980), homme politique Raymond Duhaut (1925-2020), figure de la résistance et historien proche de Deux-Acren et d'autres encore !




Quelles sont les fêtes officielles de la Principauté ?


Il s'agit du 12 septembre (fête nationale), du 10 octobre (fête de saint Géréon), du 11 novembre (Armistice et saint Martin). La Principauté s'associe également aux jours de fête belges, et célèbre avec faste la Ducasse des Culants le troisème week-end de septembre :)




Qu'est-ce que la Ducasse des Culants ?


La rue Culant est une des rues principales de la Principauté. Elle s'anime avec ses voisines lors du 3ème week-end de septembre pour célébrer la joie d'un village et de ses artisans. Fête originellement religieuse (une ducasse est une dédicace aux saints patrons), elle rassemble les habitants et les curieux autour d'un marché nocturne, d'une brocante, d'un défilé de fanfares et de géants, de soirées dansantes.
Pour en savoir plus : www.kermessedesculants.be et https://www.facebook.com/ducassedes.culants




Quelles sont les réalisations de la Principauté ?


La Principauté de Deux-Acren oeuvre de manière discrète dans les coulisses de la promotion des festivités et actions locales; elle n'a de cesse de mettre en valeur les talents et engagements acrenois. Elle plaide au niveau local pour un aménagement raisonné du territoire et pour le partage du patrimoine culturel local.
La Principauté travaille actuellement à la réédition de la Notice historique sur la Commune de Deux-Acren, dans le cadre d'une version augmentée et actualisée.
Elle a par ailleurs émis ses premiers timbres officiels en février 2021, bientôt suivis d'une réédition le mois suivant.




La Principauté entretient-elle des relations diplomatiques ?


Comme Etat, la Principauté de Deux-Acren fait partie de plusieurs groupes de discussion et de réflexion de la scène micronationale.
Elle entretient des relations diplomatiques et de reconnaissance mutuelle avec la Principauté d'Anthophilia depuis novembre 2020, dont elle a ratifié le Traité de Véron. Mais aussi avec la Principauté de Bérémagne depuis janvier 2021, et l'Empire d'Angyalistan depuis mars 2021. Elle est par ailleurs en lien chaleureux avec le Grand-Duché de Flandrensis et la Principauté d'Aigues-Mortes. Parmi d'autres.
La Principauté dispose par ailleurs d'un Ambassadeur à Lessines et d'un Ambassadeur dans les Hauts-de-France.




Quelle sont l'étendue et l'audience de la Principauté ?


La Principauté recouvre un territoire d'environ 2050 hectares, comprenant le village de Deux-Acren, et les hameaux d'Akrenbos, de Donkerstraat et de Haie-de-Viane. En 2020, elle comptait presque 4.000 habitants.
Au 31/12/2020 :
Intra et extra muros, la Principauté compte 51 citoyens principautaires reconnus, 6 membres du Conseil consultatif et 1 Régent, 500 amis proches et abonnés, .





 
 

CONSTITUTION

Constitution et Loi première

Promulgation et adoption du 12 septembre 2019

 

A. Identité et missions

  1. La Principauté de Deux-Acren, également dénommée Principauté acrenoise, est une entité étatique fédérée. Comme état souverain, elle revendique le droit à son autodétermination.

  2. La Principauté recouvre le territoire actuel du village de Deux-Acren, sis en Hainaut, dans l’ouest du Royaume de Belgique. Elle revendique également, de manière pacifique, le territoire qui était auparavant sien, incluant les hameaux de Bois d’Acren, Haie-de-Viane et Donkerstraat.

  3. La Principauté entend promouvoir l’exception culturelle et sociale de ses citoyens. Ni Flandrienne ni Cayoteuse, la Principauté cultive depuis des siècles une identité et un esprit propres, situés entre bienveillance et insularité. Elle souhaite faire rayonner ses idéaux de bienveillance, d’enthousiasme, de solidarité et de créativité au-delà de ses frontières.

  4. En union douanière et monétaire avec ses voisins et le Royaume qui l’héberge, la Principauté reconnaît l’Euro. Elle accueille les services postaux belges, mais propose de manière non-contraignante ses timbres officiels.

  5. Le drapeau de la Principauté reprend le rouge et le blanc de ses blasons traditionnels, ainsi que le blason de son régendat. Celui-ci est composé des couleurs aubergine et tienne, des trois fleurs couleur or sur fond de Dendre sous bannière blanche et rouge.

 

B. Gouvernance

  1. La Principauté repose sur le principe gouvernemental de la sociocratie acratique. Cette forme politique paradoxale implique la consultation de la population pour toute matière à légiférer, l’établissement d’un Conseil consultatif, et le refus d’édification d’une trop encombrante classe politique.

  2. Ce Conseil est épaulé par plusieurs Bureaux, dont les recommandations sont étudiées par le Conseil.

  3. Sociocratie participative, elle choisit le consensus différencié comme voie législative prioritaire. Bien que régie au quotidien par un organe d’avis et de proposition que représente le Conseil, elle ne souhaite pas se voir constituer une classe politique, et opte pour le référendum lorsque se présente matière à légiférer.

  4. La Principauté est placée sous la responsabilité d’un régent, qui par sa fonction reçoit le titre de Prince. Ce titre honorifique n’est accompagné d’aucun privilège.

  5. La Principauté choisit de ne disposer d’aucun palais, mais établit son siège central en une ambassade régentielle, obligatoirement située sur le territoire de la Principauté.

  6. Dans chacune de ses démarches officielles, elle choisira - autant que possible - la simplification.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C. Citoyenneté

  1. Toute personne résidant sur le territoire de la Principauté est de facto reconnue comme habitant de la Principauté.

  2. Toute personne peut choisir de devenir citoyenne de la Principauté. Pour peu qu’elle approuve sa Constitution, ait à l’œuvre d’en promouvoir les valeurs et réside sur le territoire de la Principauté, elle est reconnue comme citoyenne. Cette demande de citoyenneté est gratuite; seuls des frais de dossiers peuvent s’appliquer dans le cas de production de pièces justificatives.

  3. Toute personne résidant en dehors des limites du territoire de la Principauté peut également devenir citoyenne extra muros. Elle bénéficie des mêmes reconnaissances et accès à la vie sociale et politique de l’état que ses concitoyen.ne.s principautaires.

  4. Intra ou extra muros, des citoyens ou citoyennes peuvent se voir offrir le statut de citoyens ou citoyennes d’honneur. Cette distinction honorifique officielle salue les efforts ou l’enthousiasme de la personne concernée.

 

D. Relations diplomatiques

  1. Comme entité étatique, la Principauté entend développer des relations diplomatiques avec d’autres états. Elle souhaite en particulier entretenir une entente fraternelle avec d’autres micronations issues de la francophonie et du reste du monde.

 

E. Loi première

  1. Chaque personne a le droit de disposer d’elle-même, de son corps, de ses convictions, et est respectée dans sa liberté de culte et d’association.

  2. Chaque personne a le droit au bonheur et à tout faire pour y contribuer, dans les limites de la loi qui s’applique.

  3. Chaque personne se voit responsable d’elle-même et des personnes qui l’entourent. Bienveillance et tempérance sont les garants d’une joyeuse convivialité.

  4. La Principauté ne dresse qu’une liste limitée d’interdits majeurs : vol, meurtre, commerce de drogues dures, ragoterie. Les autres interdits, majeurs comme mineurs, sont ceux des communes limitrophes.

  5. Comme État pacifique, la Principauté réprouve toute forme de violence, à l’encontre de l’espèce humaine, des espèces animales et de la Création dans son ensemble.

Gouvernement principautaire
 
73495123_714786375708806_249537498536371
2019-09-23 12.09.53.jpg

NOUS CONTACTER

Merci pour votre envoi ! Nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.